QUENTIN FEDRIZZI

Se refaire soi-même, c’est refaire le monde. 

Luis Fortin

Refaire le monde c’est un rêve qui habite secrètement chacun d’entre nous

Ce projet est une réflexion personnelle sur la montée de l’agriculture urbaine, conduite par l’idée d’une autonomie alimentaire et un désir de nature des citoyens.

Je ne prétends pas refaire le monde mais apporter une impulsion, car les villes sont devenues trop complexes pour qu’on leur applique des « principes » utopiques déconnectés du réel. Il ne s’agit plus de penser une ville « idéale » mais de rendre celles que nous avons plus aimables et plus vivables.

« Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants » cette phrase de St Exupéry met en évidence l’obligation de redéfinir nos mondes de vie dans une logique de développement durable. Il faut repenser les aspects de nos vies quotidiennes, avec un objectif premier : chercher le meilleur compromis entre l’intérêt économique, environnemental et social, car nous sommes sans nul doute l’une des dernières générations capables d’éviter des dommages irréparables.

Face à la montée de l’agriculture urbaine, comment utiliser la technique de l’aquaponie pour améliorer la place de la nature dans la ville ?

Mais qu’est-ce que l’aquaponie ? C’est la culture de plantes en symbiose avec des poissons, c’est un écosystème. Celle-ci a un rendement 4 à 5 fois supérieur à l’agriculture traditionnelle, économise 90% d’eau, n’utilise pas d’engrais et pas de pesticides. C’est un système mobile et modulable. 

Mon concept a pour objectifs, d’instruire et de faire connaitre aux citoyens l’agriculture urbaine et ses infrastructures présentes mais peu connues. Par la même occasion de faire connaitre aussi la qualité des produits venant de ces cultures. Et enfin pouvoir participer à leur développement en achetant un petit système aquaponie pour la maison et profiter des bienfaits de cette petite production toute l’année.

Retour en haut